LA GRANDE MURAILLE
The Great Wall - Etats-Unis / Chine - 2016
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « La Grande Muraille »
Genre : Aventure
Réalisateur : Zhang Yimou
Musique : Ramin Djawadi
Image : 2.35 16/9
Son : Dolby Atmos TrueHD 7.1 Anglais/chinois, Allemand et Français, Dolby Digital 5.1 Espagnol et Italien
Sous-titre : Français, Espagnol, Allemand, Italien…
Durée : 103 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 16 mai 2017
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Grande Muraille »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Alors que la Grande Muraille tremble sous les attaques de créatures monstrueuses dont le but est d’anéantir l’espèce humaine, William Garin et Pero Tova, deux mercenaires qui ont été faits prisonniers, rejoignent finalement leurs geôliers dans un ultime combat pour sauver l’humanité.
Partagez sur :
You shall not pass !

La Grande muraille est une coproduction américano-chinoise, un blockbuster international dont la principale raison d'être est de garnir les multiplexes. A la barre, l'expérimenté Zhang Yimou, à la carrière aussi riche que variée puisque le réalisateur chinois est aussi à l'aise dans le drame (Epouses et concubines, Vivre !) que dans le film d'action (Hero, Le Secret des poignards volants). Un drôle de cinéaste qui semblait avoir les reins suffisamment solides pour supporter cette grosse machinerie mêlant effets spéciaux XXL, action à tout va et vedettes américaines et chinoises.

Faisant fi de toute rigueur historique, La Grande muraille se propose de conter au spectateur un épisode marquant du célèbre monument chinois, en piochant allègrement dans l'imaginaire fantastique. Car le film est avant toute chose un récit d'action matinée d'aventure aux frontières de l'Heroic-fantasy, dans la droite lignée du Seigneur des Anneaux ou de Warcraft, pour les plus célèbres. Les deux héros, interprétés par Matt Damon (tout en cheveux) et Pedro Pascal (aperçu dans Game of Thrones), sont des mercenaires se trouvant malgré eux au mauvais endroit au mauvais moment, impliqués dans la lutte entre l'armée chinoise et de redoutables et terrifiantes créatures.
La facture spectaculaire de La Grande muraille était promise dès l'affiche du film. Force est de constater que le résultat ne fait pas mentir l'accroche initiale : il n'y a pas tromperie sur la marchandise. De l'action, toujours de l'action, rien que de l'action. Le film démarre sur les chapeaux de roues, et ne baissera pour ainsi dire jamais de régime durant 1h40. Zéro temps mort. Zhang Yimou y démontre toutes ses facultés à signer des scènes d'action brillantes, impressionnantes et épiques, sans jamais perdre en lisibilité. La Grande muraille est un spectacle grisant et total, aux chorégraphies inspirées mêlant action câblée digne des meilleurs chambaras, et affrontements guerriers à l'ambition graphique démesurée, doté d'une mise en scène ample avec d'imposants mouvements de caméras aériens et des pirouettes dans tous les sens. On en prend plein les yeux.

 

superbe coquille... vide


Une réussite totale ? Si l'on se réfère uniquement au côté spectaculaire de l'oeuvre, oui dans le sens où l'on ne s'ennuie jamais et que les trois scènes de bataille majeures qui jalonnent le film, sont autant de morceaux de bravoure visuellement inspirés. Mais si on cherche à gratter un peu les enjeux d'une intrigue assez mince et si l'on souhaite s'attacher à des personnages un tant soit peu fouillés, l'affaire se gâte. De toute évidence, cette coproduction américano-chinoise n'a pas d'autre ambition que de divertir. Mais l'ensemble souffre très clairement d'une intrigue réduite à la portion congrue, d'enjeux simplissimes, de personnages n'existant que dans leur fonction d'archétype et de rebondissements relativement attendus. On pourra passer outre et s'en contenter...
Les comédiens s'y dépatouillent comme ils peuvent, brassant beaucoup d'air, mais de manière spectaculaire. La prestation des deux stars Andy Lau et Matt Damon, cautions trois étoiles pour vendre le film autant en Asie qu'en Occident, se résume à une confrontation sans grande ampleur. Le tout avec des effets visuels parfois impressionnants (les plans d'ensemble, les mouvements de caméras aériens, les chorégraphies guerrières) mais pas toujours à la hauteur des moyens investis (l'incrustation des créatures n'est pas forcément convaincante).

Pourtant, à l'issue de cette Grande muraille, ce n'est pas l'envie de faire la fine bouche qui prédomine, mais plutôt un sentiment grisant d'avoir assisté à une bonne série B, extrêmement généreuse en action et assez habilement emballée, le tout avec des moyens financiers démesurés. Une superbe coquille, assez vide et vaine tout de même. On préférera quand même voir le verre à moitié plein...

Nicolas Mouchel








Partagez sur :
 

Image :
Universal propose un master de très haute volée, délivrant une image somptueuse, à la définition exemplaire et superbement contrastée. La diversité des couleurs utilisée par le réalisateur (les différentes armures des guerriers chinois) éclate littéralement à l'écran dans une précision à couper le souffle, offrant un magnifique ballet visuel pour les mirettes. Les scènes nocturnes ou faiblement éclairées (à la torche) ne sont pas en reste et ne souffrent d'aucun fourmillement. Une telle exemplarité d'image fait immanquablement ressortir les quelques défauts liés aux SFX, comme l'incrustation pas toujours heureuse des créatures.

 


Son :
Là aussi, c'est du tonitruant. Universal a visiblement souhaité en mettre plein les oreilles du spectateur avec des pistes ultra pointues en Dolby Atmos, tant en version originale qu'en version française. Deux autres pistes sont disponibles en TrueHD 7.1. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat dépote, avec des envolées sonores extrêmement puissantes lors des trois fameuses scènes de bataille et une ribambelle de détails. Étourdissant !

 


Interactivité :
La section bonus est assez bien fournie, avec des modules couvrant de nombreux aspects du tournage et de la conception, que ce soit les effets visuels, les costumes, les armes utilisées... Problème, chaque featurette est beaucoup trop courte pour réellement proposer une approche approfondie. On a plutôt tendance à survoler l'ensemble sans jamais s'appesantir sur quoi que ce soit. Ajoutez à cela un discours formaté de l'ensemble des intervenants (à noter que le réalisateur Zhang Yimou y est quasi absent), et l'on obtient une interactivité sans grande pertinence. Même si Matt Damon semble s'être bien marré sur le tournage...

Liste des bonus : Scènes coupées et versions longues (7'), Matt Damon en Chine (3'), Les effets visuels de la Grande muraille (4'), Homme contre monstres (10'), Armes de guerre (4'), La conception d'un univers spectaculaire (4').

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009