RHYTHM THIEF & LES MYSTèRES DE PARIS
Rhythm Kaitou R: Koutei Napoleon no Isan - Japon - 2012
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Rhythm Thief & Les Mystères de Paris »
Genre : Musique
Musique : Divers
Développeur : Sega
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Sega
Date de sortie : 5 avril 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Rhythm Thief & Les Mystères de Paris »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Raphaël est un garçon qui a une identité secrète : c'est Fantôme R, un voleur élégant. Il vole des chefs d'œuvre inestimables avant de les remettre à leur place quelques jours plus tard ! Mais il essaie surtout de retrouver son père, disparu il y a trois ans. Le seul indice dont il dispose est une pièce, ornée d'un symbole étrange. Ainsi, lorsqu'un bracelet ancien portant le même symbole est exposé au Louvre, notre voleur décide de mettre la main dessus !
Partagez sur :

 

Mini-king of pop

Les aventures du Professeur Layton auront véritablement changé définitivement le visage du catalogue Nintendo, désormais bourré d'ersatz pas toujours des plus imaginatifs. Heureusement, avec un petit pas de côté bien senti, Rhytm Thief mène la danse de la concurrence.

 

Comment profiter du succès et de l'engouement autour de la création de Level 5 sans avoir trop l'air de copier le concept ? Voici la question qu'ont dû se poser les producteurs de Sega, qui n'hésitent pas ici à jouer sur la même corde sensible que leur modèle. Habillé par des séquences d'animation nombreuses et particulièrement chiadées, Rhythm Thief renoue ainsi avec l'exotisme (pour les nippons s'entend) de la vieille Europe, et en particulier ici d'un Paris qui hésite avec fraîcheur entre une vision de carte postale et une reconstitution plus fidèle dans la sobre reconstitution des rues, des bâtiments, mais aussi dans l'étrange modernité des véhicules et des costumes de policiers. Le jeu est une fantaisie aux sonorités très jazzy, mais tente manifestement de donner corps à la culture hexagonale, même si les vrais français reconnaîtront que l'on a rarement vu parisiens aussi patients et joviaux. En tout cas, se balader avec le jeune Raphaël sur les traces d'un étrange trésor historique et magique rappelle constamment les aventures du détective au chapeau haut-de-forme, puisque si le chemin est relativement balisé, les surprises viennent toujours des passants. Chaque mini-zone (écrans genre point & click) contient quelques personnes bien avisées qui donneront accès par le dialogues à de nouvelles épreuves et nouveaux indices, tandis que le décor dissimulera quelques pièces supplémentaires (à échanger en boutique contre des bonus) et des bruitages à enregistrer permettant par la suite d'ouvrir de nouveaus passages.

 

smooth criminal

Pas de réflexion poussée ici, l'intelligence n'étant pas l'outil préféré de ce petit Robin des bois en herbe, mais plutôt le sens de la danse et du rythme. Chaque énigme repose ainsi sur une bonne oreille pour reconnaître les différences de notes, une porte s'ouvre en reproduisant à la perfection les mélodies tandis qu'un combat devient une danse endiablée. Les développeurs ont fait un véritable effort d'ailleurs pour renouveler un dispositif normalement redondant, jouant autant avec le stylet et les capteurs gyroscopiques qu'avec les simples touches, empruntant autant aux jeux de danse modernes (les chorégraphies sont très inspirées d'un certains Michael Jackson) qu'aux préceptes de la plateforme ou aux mini-jeux de type Wario Ware, avec toujours une précision des plus convaincantes. Relevé et divertissant, Rhythm Thief n'oublie pas de rester accessible au plus grand nombre, laissant une marge de manœuvre assez leste pour pouvoir poursuivre l'aventure sans Game Over. Les petits joueurs se satisferont d'un pauvre D, tandis que les plus doués (ou accros) pourront refaire les épreuves à l'envi pour décrocher des A bien plus satisfaisants. Plutôt bien calibré, assez riche pour occuper de nombreuses heures pour peu qu'on s'amuse à défier des amis en local, le petit jeu de Sega ne pèche finalement que par cette sensation de déjà vu (de nombreux emprunts au Lupin de Miyasaki au passage) qui ne lâche jamais le joueur tout du long. Il n'en reste pas moins le descendant le plus attachant du Professeur Layton et c'est déjà beaucoup.

Nathanaël Bouton-Drouard










 

 

Partagez sur :

 

 

A l'instar de son modèle, Les Mystère de Paris séduit de prime abord par son univers graphique, joliment tourné. Ses design sont certes plus proches des canons habituels de l'animation japonaise, mais les séquences animées sont parfaitement fluides et profitent d'une réalisation bien menée. Petit bonus le relief de la 3DS s'intègre parfaitement au dispositif. En tout cas bien mieux que « in game » puisque malgré les jolis arts fixes, le reste du soft, et en particulier dans ses séquences 3D, ne cache pas toujours très bien ses origines manifestes de titre prévu au départ sur une simple DS. Le résultat reste très agréable (la direction artistique sauve souvent les meubles), mais seules de très rares épreuves usent vraiment du relief (les séquences au violon notamment) alors que le dispositif se prêtait à une utilisation bien plus intensive.

 

 

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009